Sélectionner une page

Durant le confinement, l’attention publique a été attirée sur les personnes en difficulté avec leur famille ou conjoint(e), étant victimes de violences physiques et ou verbales, et obligées dans ce cadre de rester enfermées avec ces personnes. Parmi ces victimes, on compte davantage de femmes.  Le groupe de rock français Fallen Lillies en a fait un clip. 

“L’ennemi n’est pas celui que l’on croit”

“Un dommage collatéral de ceux qui font la loi”

En dehors de la grande attention portée par les médias au coronavirus et aux mesures de confinement qui s’en sont suivies, le groupe de rock féminin attire l’attention sur une tout autre menace : les violences conjugales et/ou familiales qui ont augmenté de 30% pendant le confinement. 

Le groupe de rock féminin, originaire de Montbéliard et repéré au Hellfest (festival de métal international) il y a quelques temps, dénonce dans cette chanson la non réaction de l’Etat face à ces violences. En effet, la mise en place de numéros d’urgence spéciaux n’est que très récente.

Un clip pour éveiller les consciences

 

Au travers de ce clip aux paroles frappantes, les Fallen Lillies cherchent à éveiller le grand public aux signes d’une telle situation de la part de leurs proches ou voisins. Elles veulent faire en sorte que les gens n’hésitent plus à réagir dans ce cas. Cela peut sauver des vies.

 

Une chanson enregistrée en temps de confinement

 

Ayant elles aussi été dans l’obligation de se confiner, les Fallen Lillies ont vu leurs plans de tournées et concerts chamboulés. Elles ont donc pris la décision d’enregistrer ce clip, chacune depuis chez elles. Tout cela dans l’espoir de faire bouger les choses encore davantage concernant ce phénomène encore trop répandu aujourd’hui.

 

0 Partages